• entree.jpg
  • gare1.jpg
  • pieton2.jpg
  • ecole1.jpg
  • eglisecot.jpg
  • village.jpg
  • place0.jpg
  • gareform.jpg

Le Ruisseau "le Piéton"

Le curieux cours du Piéton rappelle un saule pleureur. Nous y distinguons trois parties

a. Le haut Piéton: prend sa source Fontaine l'Evêque à 185 m d'altitude , près de l'ancien ermitage N.D. de la feuillée , remplacé aujourd'hui par l'installation du puit n°2 , disparu et reconverti en usine de surchiste , d'apparence peu distincte au début , c'est seulement au bois-de-sapin qu'il prend l'allure d'un ruisseau , jusqu'au coude de Godarville . Avec le ruisseau de Trazegnies, éloigné de deux kilomètres environ, il coule vers le nord:

b. Le moyen Piéton: depuis Godarville jusqu'à Luttre, il s'incurve vers l'est, mais avec résistance. En effet, il se divise en trois sections
- la section amont, de Godarville au ru de Trazegnies, se dirige hardiment vers l'est
- la section moyenne, du ri de Trazegnies à celui de Buzet, remonte vers le nord ;
- la section aval, depuis le ruisseau de Buzet jusqu'à Luttre, reprend la direction est.

c. Le bas Piéton: depuis Luttre jusqu'à la Sambre, il file plein sud, parallèlement mais en sens inverse du haut Piéton.

lepietonLe Thiméon qui s'appelle aujourd'hui le Tintia (poisson nommé tanche), affluent du bas Piéton, dessine un coude de capture très net à Mellet. Le ru des Amondrées se disait Amoudries à Mellet et est maintenant le ruisseau de Taravisée (comme la ferme à proximité de laquelle il coule)., le ru de HauteBise, le Min de Wayaux qui s'appelait le Moulin de Wayaux et est à présent se nomme le Piersoulx et de Péreupont sont affluents du bas pieton.
Ainsi s'expliquent le cours particulier du Piéton.

Le premier habitat s'est formé près du Piéton, à proximité de la chaussée romaine.
Avant d'être en partie asséché par les charbonnages et le colmatage limoneux de son lit, le Piéton était beaucoup plus profond et rapide qu'aujourd'hui. Il convenait parfaitement pour l'érection d'un moulin à eau. Voilà pourquoi les premiers habitants ont préféré ses rives à celles de la Samme. Mais, les terrains étalés sur ses bords étaient fangeux et facilement submergés.

Enfin, le village s'est établi à l'est et en contre-bas de la crête de séparation , nord-sud (Anderlues 190 mètres-Godarville 160 mètres) pour se protéger des vents dominants et des pluies venant du sud-ouest. Le site était donc excellent.